Les Mascottes

La Belle Automobile fut par excellence le symbole des Années Folles.

Dès 1906, le nom de René Lalique est associé à l'univers de l'automobile avec la création du trophée remis au vainqueur de la « Targa Florio », cette course légendaire rendue célèbre, entre autres, par Enzo Ferrari.

Pour orner les calandres de ces étonnants véhicules sortis des usines Citroën, Delage, Hispano-Suiza, Voisin, Bentley, Rolls-Royce... toutes les audaces étaient permises.

Á partir de 1925, René Lalique crée 27 modèles de Mascottes en verre. Même lorsque, parfois, ce maître de l'Art Déco géométrise ses formes, son souci de réalisme transparaissait toujours dans l'attitude de l'animal ou du personnage. Par le travail de la matière, la plupart des mascottes sont également très caractéristiques du style LALIQUE : mélange de verre transparent et de verre satiné ou bien coloration dans la masse. L'inspiration demeure essentiellement naturaliste.

Dans la boutique LALIQUE de la place Vendôme ou chez Breves à Londres, elles sont proposées avec une embase de métal permettant de les fixer sur les calandres. Certaines de ces embases comportaient même un système d'éclairage avec un filtre circulaire de différentes teintes qui, en tournant, faisait changer la mascotte de couleur.

De toutes les mascottes créées à l'époque, les plus audacieuses, les plus rares et donc les plus recherchées, furent celles de René Lalique que les collectionneurs du monde entier se disputent aujourd'hui à prix d'or, d'autant que beaucoup de ces sculptures de verre, réalisées en nombre limité, furent détruites ou dispersées durant la Seconde Guerre mondiale.

La passion des collectionneurs se comprend d'autant mieux que ces créations, outre leur incontestable qualité artistique, sont le symbole d'une époque révolue, pour ainsi dire un phénomène de société qui ne peut laisser indifférent.